Comment reconnaître les problèmes électriques les plus courants ?

25 novembre 2021

L’électricité demeure une affaire de professionnels. Il n’est pas recommandé aux personnes sans formation de se lancer dans de grandes interventions pouvant mener à des problèmes plus graves comme des blessures ou encore pire, un incendie. Cependant, il est possible pour vous de reconnaître un problème dans vos installations, puis de vous enquérir auprès d’un maître électricien. Voici quelques situations pour reconnaître les problèmes les plus courants.

Des besoins en hausse constante

Il n’y a rien de plus ennuyant, lorsque l’on fait l’acquisition d’un appartement ou d’une maison datant de plusieurs décennies, que de se rendre compte qu’il y a peu de prises électriques dans les pièces. En effet, les besoins actuels sont multiples : les bureaux à domicile, les ordinateurs et tablettes qui se multiplient, l’ajout de chargeurs, de climatiseurs, etc. Il est alors tout naturel de penser qu’il est possible de multiplier les sources de courant avec les rallonges à prises multiples, n’est-ce pas ? Il s’agit là d’une erreur puisque le circuit principal n’a pas été conçu à cette fin. Vos fusibles (oui, il en existe encore) ou vos disjoncteurs (plus récents) pourraient ne pas supporter cette demande multipliée. Pour donner une idée de grandeur, jusqu’à récemment, il n’était pas rare de trouver des maisons avec une boîte de 60 ampères. Puis, la boîte de 100 ampères a fait son entrée. De nos jours, la norme est plutôt de 200 ampères, un minimum pour les besoins actuels, surtout s’il y a ajout d’une thermopompe et d’une piscine. Et tout cela est sans compter les nouvelles bornes de recharge pour les voitures électriques.

Des signes de vieillissement

Deux points importants à vérifier lors de l’achat d’un immeuble : la présence de fils électriques entourés de tissus, et le filage en aluminium. Dans les années 70, à la suite de la hausse du prix du cuivre, les électriciens ont procédé à l’installation de fils en aluminium. Sensible à la surcharge, ce type de filage a été la cause de plusieurs incendies. Souvent, c’était la combinaison de fils de cuivre et d’aluminium qui présentait un problème. Il existe encore aujourd’hui des maisons contenant des fils en aluminium. Il n’est pas nécessaire de tout refaire, mais les compagnies d’assurance pourraient demander une inspection des installations par un électricien qualifié. Dans le cas des fils recouverts de tissus, ces équipements dénotent qu’ils viennent d’une autre époque. Comme ils ne sont plus conformes aux normes, il faudra refaire au complet l’électricité de la maison. Ces fils se retrouvent dans des appartements ou maisons très anciennes.

Éviter les surcharges

Installations récentes ou pas, il ne faut pas surcharger les circuits. Plusieurs signes ne trompent pas lorsqu’il y a surcharge : une odeur de plastique fondu, des fils qui dégagent de la chaleur, les disjoncteurs qui sautent ou pire, des courts-circuits sont tous des signes de surcharge. On ne doit pas non plus négliger les petits animaux, car certains fils peuvent avoir été mordus par des bestioles à l’intérieur des murs. Au mieux, il n’y aura plus de courant ou alors, il sera intermittent. Il faudra voir au remplacement rapidement, car le court-circuit, qui produit des étincelles, pourrait survenir d’un moment à l’autre.

Identifier avant de faire des travaux

Nouveau passe-temps préféré des Québécois depuis le début de la pandémie, les rénovations de toutes sortes ont fait exploser les chiffres d’affaires des centres de matériaux. Mais attention : avant de défaire ou de déplacer des murs, il faut absolument identifier le passage des fils électriques sous la couche de placo-plâtre. Un coup de scie électrique à l’emporte-pièce mal prévu et c’est la catastrophe.

Ces précautions sont aussi de mise lors de travaux à l’extérieur. Plusieurs fils peuvent avoir été enfouis sous la pelouse, par exemple, le branchement du cabanon, d’un luminaire ou de la piscine. De plus, d’anciens propriétaires y ont peut-être laissé quelques fils non identifiés. Il sera encore une fois essentiel d’identifier le mieux possible ces installations au préalable.

Deux mots à retenir avant de s’attaquer à l’électricité : prudence et expertise. Et il faut toujours se rappeler que l’eau est le pire ennemi de l’électricité.

Dans ce dossier d’Hydro-Québec, il est recommandé de faire preuve de prudence afin d’éviter des blessures liées à l’électricité.